AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Everything that shine ain't always gonna be gold.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1, 2
AuteurMessage
Tom Wilson
You're happy when I'm on my knees. One day is fine, next is black.
avatar

Messages : 584
Date d'inscription : 21/12/2009
Age : 29
Crédits : myself & tumblr.
Addicted to : sport, motorcycles, beers & my little man.
Statut : not myself.

(IN)BOX
Job: actor.
Text/Mail:

MessageSujet: Re: Everything that shine ain't always gonna be gold.   Lun 19 Jan - 15:26

Il n'était pas un déchet. Combien de fois devait-il le lui répéter ? Il était même d'ailleurs la plus belle chose qui lui avait été donné de voir dans ce monde. Si aux yeux de certains, Bailey possédait un physique quelconque dont le laisser-aller dérangeait parfois, Tom voyait en lui l'homme idéal, la plus magnifique de toutes les créatures terrestres. Il n'y avait qu'à se perdre une seconde dans son sublime regard océan pour le comprendre et ressentir la même chose. Le jeune musicien avait un regard désarmant et déstabilisant, en avait-il seulement conscience ? Le moindre de ses petits défauts devenait automatiquement une qualité. Ses oreilles qui ressortaient fortement lorsqu'il se coupait les cheveux un peu trop courts, dû au côté anglais sans doute, ses longues dents de devant qui lui donnaient des airs de ressemblance avec Bugs Bunny. Tout chez son compagnon lui plaisait. Vraiment tout. De ses poils de torse répartis de manière inégale un peu partout à ses petits pieds en passant par ses mollets de coquelet. Il était incroyablement beau, d'une beauté naturelle car il n'avait même pas besoin de prendre soin de lui pour plaire, contrairement à Tom qui prenait un temps fou à soigner son image. Il trouvait ça un peu triste de ne pas être sur la même longueur d'onde que lui à ce sujet. « Déchet ou non, tu restes, à mes yeux, le plus beau de tous... Tu as compris ? » Certes sa tromperie prouvait d'une certaine manière le contraire mais il persistait à dire que non. Les lèvres de David étaient douces, tout comme sa peau, mais il n'était pas près d'égaler l'homme de sa vie, celui qui le faisait transpirer de plaisir à chaque ébat, celui qu'il contemplait amoureusement au réveil, celui dans les bras de qui il voulait mourir. Il souhaitait réellement faire comprendre son point de vue à Bailey mais il en était incapable, jamais il ne trouvait les bons mots pour s'exprimer ou bien son compagnon avait-il la tête trop dure.

« Non... » lâcha-t-il d'une voix bourrue en fronçant les sourcils. « Je t'interdis de dire ça ! » s'emporta-t-il malgré lui. « Personne ne mérite d'être trompé, surtout pas toi. » Bailey devait se ressaisir et très rapidement. Il était impératif de regagner un semblant d'estime pour sa propre personne sinon jamais ils ne pourront se reconstruire. « Si j'étais amené à te tromper une nouvelle fois, je t'autorise à me tuer dans d'atroces souffrances. » Et il était sérieux quand il disait une chose pareille. S'il avait déjà bien du mal à affronter son propre reflet dans le miroir chaque matin, il ne pourrait plus du tout s'accepter en tant qu'être humain s'il commettait encore une telle erreur. « Je sais que tu souffres de vivre comme ça dans l'ombre... Mais ça ne va pas durer. Je vais tout faire pour que ça change. » Ils vivaient ensemble et pourtant, depuis des mois, les deux jeunes hommes étaient malheureux, c'était évident. Ils partageaient le même toit, le même lit, mais la romance n'était plus au rendez-vous. « Laisse-moi faire, » souffla-t-il avec un large sourire en attrapant l'écrin qu'il ouvrit, anxieux. Il se saisit de l'anneau puis prit la main de Bailey avec la plus grande des délicatesse avant de glisser l'objet à son annulaire. « C'est fait... » constata-t-il pour lui-même en se mettant à rire nerveusement. « Je t'aime tellement, si tu savais, » gémit-il d'une voix douloureuse en lui agrippant le visage par les joues pour l'embrasser fortement sur la bouche.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Bailey Caddon
IT'S IN HIS DNA
smelly cat, smelly cat ♪

avatar

Messages : 1020
Date d'inscription : 21/12/2009
Addicted to : music, nostalgia, poetry, marijuana.
Statut : let down.

(IN)BOX
Job: musician, composer.
Text/Mail:

MessageSujet: Re: Everything that shine ain't always gonna be gold.   Ven 23 Jan - 20:59

Personne ne mérite d’être trompé, personne ne mérite de tomber malade, personne ne mérite de devenir fou, personne ne mérite de mourir. Et pourtant, nombreux étaient ceux victimes de ces coups du sort ; Bailey avait appris cela dès son plus jeune âge. Il croyait avoir vécu le pire au moment de son adolescence, lorsque sa famille avait implosé à la suite de la mort de son frère aîné, puisque le meilleur avait suivi tel le soleil après la pluie en la forme de Tom. Son amour l’avait relevé d’entre les morts, l’avait empêché de sombrer dans le néant, sans doute même de quitter ce monde avant son heure. Il avait grandi, évolué, depuis cette obscure époque, et le jeune Caddon pouvait se targuer de ne plus avoir besoin d’être ancré à son petit ami pour exister, il l’avait prouvé lors de leur break forcé. Il n’était pas mort, même s’il n’était pas passé loin, un soir. « J’ai compris, » sourit-il pour lui faire plaisir. Tom n’avait pas cherché à contredire la partie « déchet » de son raisonnement, cela était appréciable car il ne mettait pas de gants, il ne se voilait pas la face. Tous les deux se connaissaient par cœur, qualités comme défauts, il n’aurait pas été sain de se mentir. « Je ne t’offrirai jamais ce plaisir ! Seuls les grands hommes meurent assassinés. Si tu me trompes une fois encore, je t’émascule et vends tes photos de jeunesse à un magazine people ! » Il avait déjà songé à cette éventualité lorsqu’il avait appris son aventure avec David. Sauf que la nouvelle l’avait si sauvagement soufflé, qu’il avait été incapable de prendre la moindre initiative. Nul doute, toutefois, que s’il était amené à se trouver une fois encore dans une situation identique, il y serait mieux préparé et saurait davantage se défendre.

Il secoua la tête à sa remarque à propos de son malheur, vis-à-vis de l’anonymat de leur relation. « Tu n’as pas à faire ça pour moi. Je ne suis pour l’instant pas désespéré par la situation, je t’assure. » C’était son changement d’attitude qui le pesait ; la transformation morale que Tom avait subie en plus de celle physique. « Je ne saurais pas quoi faire d’une vie parfaite, Tommy, j’ai besoin que tu me mènes un peu la vie dure pour garder mon inspiration. » La tromperie avait été un peu trop radicale, il le concevait. Il avait cependant créé son premier grand tube grâce à cela, il avait été reconnu par ses pairs et avait même touché au milieu du cinéma, lui aussi. Dans son grand malheur, il avait toujours su récupérer un semblant de positivité. Ses doigts tremblaient légèrement quand Tom glissa l’alliance autour de son annulaire et il resta bloqué plusieurs secondes dans la contemplation de sa main avant que l’information n’arrivât jusque dans sa cervelle. Ce fut le rire de son désormais fiancé qui le tira de sa torpeur et un large sourire s’étala sur son visage. Il posa sa main gauche sur son torse pour partager son baiser, dans des bruits de bouche et de fortes respirations. « Je le sais, » souffla-t-il une fois son visage éloigné du sien. Ses lèvres étaient rougies par l’action et encore étirées en un sourire bienheureux. Il se redressa puis se rapprocha du bord du lit afin d’entourer la taille de Tom avec ses fines jambes pour le conserver contre lui. « Et moi je t’aime comme je n’ai jamais aimé personne et comme personne d’autre ne pourra jamais t’aimer, ok ? » Il tenait à marquer son territoire, à affirmer la supériorité de ses sentiments sur tous ceux qui tenteraient de se mettre en travers de leur route. Il referma ses doigts dans les cheveux clairs de son compagnon pour l’attirer contre lui et l’embrasser une nouvelle fois, avec ardeur, passion, et tellement d’envie qu’un mauvais mouvement le fit renverser le plateau que Tom avait préparé avec soin. « Oh non, merde ! » jura-t-il en suivant la chute de toute la nourriture en bas du lit, impuissant, mais hilare. La demande de Wilson devait lui avoir infligé un taux trop important d’ocytocine car il ne parvenait à se défaire de son visage souriant.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 
Everything that shine ain't always gonna be gold.
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 2 sur 2Aller à la page : Précédent  1, 2
 Sujets similaires
-
» I'm Gonna Leave You
» Shine A Light (2008)
» Shine Eyed Mister Zen (1999) - paroles
» Partage : Charlie Parr, Where are you gonna be...
» Shine A Light : LE FILM

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
HE'S JUST NOT THAT INTO VALENTINE'S DAY :: ATWATER VILLAGE :: Cabrillo Avenue-
Sauter vers: